sturia.com
0 5 minutes 1 mois

Apprécié dès la période byzantine, poutargue est le chevreuil des poissons méditerranéens tels que le mulet gris, le thon ou même l’espadon. Conservées dans du sel, de fines tranches de cette délicatesse unique et savoureuse offrent un punch à couper le souffle : les amateurs exigeants se souviennent tous de leur premier goût en Technicolor vif.

C’est l’un de ces petits produits sans prétention qui a atteint des sommets vertigineux dans le monde de l’alimentation, un peu comme certains champignons, caviar, safran, truffes, foie d’oie…

Méthodes traditionnelles de production

Pensez à l’époque des Phéniciens… une époque avant la réfrigération où le sel était essentiel comme agent de conservation et où aucune partie de la capture ne pouvait être gaspillée.

La méthode est la même aujourd’hui: les sacs d’œufs des poissons femelles sont soigneusement retirés pour s’assurer que la gaine n’est pas cassée. Après avoir été soigneusement lavés, les œufs sont séchés au sel de mer pendant quelques jours sous le soleil salubre de la Méditerranée. Parfois, les œufs sont pressés entre des morceaux de bois pour former une « brique » dense et rectangulaire qui est suspendue jusqu’à maturité. Alternativement, il est scellé avec de la cire d’abeille pour former des formes de langue plates: c’est un excellent moyen d’empêcher les œufs de se dessécher. Le produit final est ferme et solide avec une couleur riche et ambrée.

 Différentes formes sous lesquelles il est vendu

Plonger les œufs dans de la cire d’abeille fondue est un moyen populaire de préserver ce précieux produit de la mer: il aide à conserver tous ses nutriments copieux et à inhiber l’oxydation. On peut voir la poutargue sous trois formes : Râpé aux saveurs originales et fumées vendues en bocaux : un moyen rapide et simple de saupoudrer ce saint « assaisonnement »… un peu va un long, long, délicieux, et dans l’emballage traditionnel de cire d’abeille qui peut être consommé de diverses façons. La couche de cire est soigneusement enlevée avant que la poutargue ne soit tranchée dans des gaufrettes magiques et minces de papier du paradis pur.

Ne laissez pas le prix vous décourager!

La poutargue est un régal sain, oui, il est cher, mais considérez-le comme un investissement qui ne cesse de donner. Vous n’aurez besoin que de quelques éclats pour transformer complètement n’importe quel plat et, s’il est bien emballé dans le réfrigérateur, la poutargue devrait durer longtemps avec de nombreux retours heureux.

N’oubliez pas les bienfaits pour la santé.

Comme il en faut si peu, la teneur en sel ne vaut pas la peine d’être mentionnée. Naturellement, la poutargue contient tous les nutriments fantastiques du poisson: c’est, en substance, un superaliment rempli de zinc, d’oméga-3, de protéines, de calcium, de vitamines A et D. En outre, elle a récemment été saluée comme un véritable combattant du cancer. Un véritable investissement dans la longévité !

Versatilité!

Des grignotines aux entrées en passant par un plat principal délicieux, même un simple flocon de poutargue peut revitaliser complètement n’importe quel plat. Et n’oubliez pas : la poutargue est l’essence de la Taramosalata grecque.

Émiettez-le sur une salade César pour une sensation de goût frais. Utilisez la poutargue chez sturia et découvrir la vrai saveur.

Un rasage de poutargue, une pincée de citron vert, une pincée d’huile d’olive, un morceau de pain croustillant: un autre « banquet » hors du commun.

Légèrement sauté avec de l’huile d’olive, du persil, du piment et du jus de citron, la poutargue constitue la base d’une sauce pour pâtes veloutée à tomber par terre. Essayez cette sauce arrosée de légumes verts comme les haricots, le brocoli ou les asperges aussi!

Chaque fois que vous en avez envie, imaginez votre propre recette. Considérez-vous comme Midas créant des miracles avec une touche de cet or gastronomique! Utilisez-le avec parcimonie et respect; attendez que votre nouvelle concoction salée de l’océan en dise long sur votre palais!