Les informations importantes sur l’isolation des combles
0 10 minutes 3 mois

Les gens ne s’en rendent généralement pas compte, mais le toit est la source de plus de 25% de déperdition de chaleur en général. C’est la raison pour laquelle il est important de faire une isolation des toitures. Mais ce ne sont pas les seules qui doivent être isolées. En effet, les combles doivent également faire l’objet d’une isolation. Il est conseillé aux interlocuteurs de passer par des professionnels pour ce genre de travaux. Pourquoi ? Pour plusieurs raisons, à commencer par le fait que les combles se divisent en deux catégories, les combles perdus et les combles aménagés.

L’isolation des combles : combles aménagés ou combles perdus

Pour commencer, en matière d’isolation des combles il faut savoir quel genre de comble il faut isoler. Il existe après tout deux genres de combles, les combles aménagés et les combles perdus. Concernant les combles aménagés, il s’agit de combles situés sous le toit et dont l’espace n’est pas encombré par la charpente. La hauteur sous charpente de ce genre de combles est d’une hauteur de 1m80 en général. Les combles sont généralement habitables lorsque l’angle de la pente du toit est supérieur à 30 %. Les professionnels recommandent souvent que ce type de comble soit isolé à l’aide de rampants. Pour les interlocuteurs qui ne comprennent pas, il s’agit d’isolant en rouleau ou en plaque. Ces derniers sont alors directement agrafés sur l’intérieur du toit. Concernant les combles perdus, ce sont des combles qui sont inhabitables. La raison peut aller d’une hauteur de plafond insuffisante à une charpente encombrante, ou encore du fait de l’architecture de la maison même. L’isolation de ce genre de combles est faite d’une manière totalement différente de celle des combles aménagés. En effet, l’isolation se fait par soufflage de flocons d’isolants. Petite information à connaitre sur le sujet, le choix entre simple et double couches d’une solution d’isolation est surtout relatif à la configuration des parois de la maison. Mais il est également question des performances thermiques que visent les interlocuteurs.

L’isolement des rampants des combles

L’isolation des combles c’est aussi l’isolation des rampants. Pour les interlocuteurs qui ne comprennent pas les rampants sont en fait les parties inclinées du toit. Il est donc normal de dire que l’isolation des rampants est une question primordiale. Non seulement cela permet de réduire la facture de chauffage, mais aussi de profiter d’un confort thermique tout au long de l’hiver. Bien entendu, ce confort est aussi présent en été. Et donc pour en revenir à l’isolation des rampants, il existe deux solutions. Ces deux solutions sont l’isolation en simple ou en double couche. Il faut aussi prendre en compte les performances thermiques qui sont visées. Il est recommandé de viser la résistance thermique pour le neuf en matière de confort. Les interlocuteurs peuvent voir qu’il existe de nombreux isolants disponibles sur le marché. Ceux qui sont recommandés pour les rampants sont également nombreux au même titre que pour une isolation toiture. Il y a notamment la laine de verre ainsi que la laine de roche. Comme c’est le cas en matière d’isolation, ces deux isolants sont les plus populaires auprès du public. En ce qui concerne la forme de ces derniers, il y a des panneaux d’isolants rigides ou semi-rigides sur le marché. Il existe des cas où la toiture dispose d’un écran de sous toiture HPV. Les professionnels utilisent alors la hauteur totale des chevrons pour poser le 1er lit d’isolant. Si ce n’est pas le cas, les professionnels laissent en général lame d’air au moins 2cm sous les liteaux pour poser l’isolant.

Les questions les plus posées en matière d’isolation des combles

L’une des questions les plus posées en matière d’isolation des combles c’est quelle épaisseur d’isolant choisir. La réponse à cette question est généralement simple, car plus un isolant est épais, plus ce dernier présente de performances. Il faut savoir que la réglementation thermique de 2012 demande une base pour la résistance thermique qui soit supérieure ou égale à R ≥ 8. Une autre question qui est posée souvent est celle concernant l’isolation croisée. C’est en fait tout simplement un procédé qui a pour but d’aider à augmenter les performances thermiques. La méthode consiste ici à mettre une deuxième couche d’isolant, mais dans le sens opposé à la première couche d’isolant. En effet, il faut que les premiers panneaux d’isolant soient posés de manière horizontale, du bas vers le haut. Ensuite, la seconde couche est posée par-dessus, mais cette fois dans un sens vertical, toujours de bas en haut. Une autre question qui est souvent posée est : comment faire une isolation des combles en charpente traditionnelle ? Dans ce genre de cas, l’isolant doit général être posé entre chevrons. De ce fait, il doit donc avoir une résistance thermique élevée en prenant en compte la faible disponibilité d’épaisseur.

Le pare-vapeur en matière d’isolation des combles et toitures

Les interlocuteurs peuvent se demande de savoir à quoi peut bien servir un pare-vapeur ? Ce dernier est en fait une sorte de film ou de membrane indépendante. Ce film ou membrane indépendante va se positionner en sous face de l’isolant avant la pose du parement. Le pare-vapeur en général joue un rôle double. Le pare-vapeur va donc limiter la pénétration de la vapeur d’eau dans les parois du comble. Cela permet de réduire les risques de condensation dans le cadre des parois. L’autre rôle est de participer à l’étanchéité à l’air actuellement que demande la réglementation thermique 2012. Donc lors de la pose, cela demande l’aide d’adhésifs durables et autres. Pour information, il y a aussi sur le marché des membranes hygro-variables qui ont pour mission de réguler la vapeur d’eau dans la toiture selon la saison. Les interlocuteurs peuvent ainsi comprendre que la mise en place d’un pare-vapeur pour l’isolation thermique est non seulement utile pour leur confort, mais aussi pour leur santé.

Les techniques pour l’isolation sous plafond suspendu

Il existe en fait deux techniques pour ce qui est de l’isolation sur plafond suspendu. Il s’agit des méthodes d’isolation par une laine déroulée ainsi que d’isolation par une laine à souffler. Pour ce qui est de l’isolation par une laine à dérouler il faut distinguer le neuf et la rénovation.  Concernant le neuf, un tout premier lit continu d’isolant est posé sous les solives pour limiter le pont thermique induit par ces dernières. Ce n’est qu’ensuite qu’un deuxième est déposé entre celles-ci à concurrence de la résistance thermique globale qui est l’objectif. Dans le cadre d’une rénovation, il est question de mettre un premier lit de la hauteur des solives au milieu. Avec une épaisseur équivalente à la hauteur des solives. Le second lit quant à lui est déroulé au-dessus, perpendiculairement aux solives et à concurrence de la résistance thermique. Pour ce qui est de l’isolation par une laine soufflée dans le neuf, il faut suspendre le plafond à quelques centimètres sous les solives pour pouvoir souffler la laine de façon continue. En matière de rénovation le plafond est fixé directement sur les solives. Ce qui fait que le soufflage est effectué par le professionnel n remplissant les caissons constitués par le plafond et les solives de façon régulière et homogène. Les interlocuteurs peuvent en apprendre plus sur le sujet en s’informant spécifiquement auprès des professionnels. Ils peuvent également demander un devis des travaux à faire pour avoir une idée du budget à prévoir.